L'Armée Népalaise prend le contrôle des cantonnements de l'APL

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Sur ordre du gouvernement dirigé par Baburam Bhattarai, vice-président du PCUN-maoïste, l'Armée Népalaise a pris hier soir le contrôle des cantonnements de l'Armée Populaire de Libération. Cette décision fait suite à une réunion du Comité Spécial de l'Intégration de l'Armée supervisant le processus d'intégration de l'APL dans l'Armée Népalaise.

 

Afin de comprendre cet évènement important, revenons sur les récents évènements au Népal et particulièrement sur la lutte entre les deux lignes au sein du PCUN-m.

 

La dernière réunion du Comité Central a maintenu l'unité entre l'aile voulant "institutionnaliser les acquis de la révolution" et l'aile voulant mener au bout le processus révolutionnaire. Cette réunion a légitimé l'existence de ces deux ailes au sein du Parti, accordant à chacune le droit d'organiser des réunions, des meetings, des manifs, etc.

 

L'aile gauche a cherché à renforcer son développement organisationnel en organisant des comités parallèles à travers tout le pays, en conduisant des sessions de formation, en menant une campagne pour une constitution populaire (qui n'à aucune chance d'être écrite par cette Assemblée Constituante selon leurs propres mots), en organisant les combattants de l'APL à qui ils avaient demandé de sortir du processus d'intégration, bref, en mobilisant la base du Parti et en se tournant vers les masses.

 

Depuis environ deux semaines, la lutte est devenue plus aigue avec d'un côté Prachanda et Bhattarai multipliant les compromis dans l'objectif de conclure le processus de paix et l'écriture d'une constitution prévue pour le 28 mai (et dont la date ne pourra plus être reculée selon une décision de la Court Suprême) et de l'autre côté Kiran et Badal déployant les efforts pour préparer et organiser la révolte.

 

Sans rentrer dans les détails de ce que l'un ou l'autre dirigeant a pu affirmé, il existe une démarcation de plus en plus nette entre les deux lignes. La question de la scission du Parti est même ouvertement posée, la véritable question étant le moment où elle va survenir.

 

Récemment, les compromis de Prachanda et Bhattarai pour conclure le processus de paix furent principalement autour de l'intégration de l'armée. Pour rappel, sur 15.000 combattants, environ 6.000 ont choisi le départ volontaire (l'aile gauche avait appelé les combattants à choisir cette option). 9.000 attendaient donc le processus d'intégration avec, pour un certain nombre, la pression des commandants (en majorité favorables à Prachanda) pour qu'ils restent dans le processus.

 

Or le très récent accord passé avec les autres partis par Prachanda et Bhattarai était l'intégration de 6.000 combattants seulement, ce qui en laisse 3000 sur le carreau. Une révolte a commencé à éclater dans les cantonnements et certains commandants ont même fui par peur de leurs propres combattants (sic!).

 

C'est dans ce contexte qu'a été envoyée l'Armée Népalaise pour prendre le contrôle des cantonnements. Clairement, Pranchanda et Bhattarai ont eu peur que les combattants de l'APL ne reprennent les armes contre eux-mêmes ! Des médias ont indiqué que plusieurs centaines de combattants ont fui les cantonnements.

 

En réaction, l'aile gauche a condamné cette décision d'acte d'extrême capitulationisme et de trahison de la révolution. Ce mercredi matin, elle a organisé un blocage de la circulation dans tout le pays et ce soir des manifestations au flambeau où ont été brûlés les effigies de Prahcanda et Bhattarai. Les quelques nouvelles que nous avons pour l'instant affirment qu'il y a eu quelques affrontements à Katmandou. D'autre part, le mouvement devrait continuer ; l'aile gauche a d'ailleurs formé très récemment un front avec 11 autres organisations dans l'objectif de préparer le mouvement populaire.

 

Nous publierons plus d'informations bientôt pour vous tenir informés de la suite des évènements.

Publié dans Actualités du Népal

Commenter cet article