Pas d'évolution majeure

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Depuis l'annonce de l'arrêt de la grève générale politique par le PCNU-maoïste, la situation n'a pas évolué au Népal. Les maoïstes demandent toujours la démission du premier ministre pour ouvrir la voie à un gouvernement d'unité nationale dirigé par Prachanda. C'est selon eux la seule solution pour pouvoir écrire la nouvelle constitution (et donc étendre le mandat de l'Assemblée Constituante si nécessaire).

 

Selon le premier ministre, le gouvernement va présenter une proposition au parlement pour étendre le mandat de l'Assemblée Constituante. Sans l'accord des maoïstes, cette proposition ne pourra pas passer au parlement.

 

L'UML et le Congrès, sur le même ton que les USA et l'Europe, affirment toujours qu'ils considèreront les demandes des maoïstes une fois que le PCNU-maoïste sera devenu un parti "civil", ce qui recquiert au préalable une dissolution de la structure paramilitaire de la YCL (organisation de jeunesse affiliée au PCNU-maoïste), l'intégration de l'Armée Populaire de Libération dans l'Armée Népalaise (en nombre restreint) et le retour des terres et propriétés saisies jusqu'à maintenant. Autant dire qu'ils attendent une véritable reddition des maoïstes.

 

Sur un ton provocateur, le ministre de l'Intérieur a affirmé lors d'un débriefing de la police que la réponse de la police durant la grève générale n'était qu'un avant-goût et que les maoïstes verraient le film entier s'ils utilisaient la violence.

 

Kamal Thapa, dirigeant du Rastriya Prajantra Party Nepal, parti royaliste, s'est dernièrement rendu en Inde pour une réunion des hindous extrémistes à Mumbai. L'assemblée a officiellement décidé de mener la lutte pour que le Népal redevienne un Etat hindou... Ce même Thapa a affirmé que la seule façon de combler le vide constitutionnel qui s'annonce après le 28 mai est le retour à la monarchie...

 

Les futurs programmes de protestation des maoïstes devraient être annoncés prochainement.

Publié dans Actualités du Népal

Commenter cet article