"Nous n'avons d'autre alternative que de reprendre les armes" : Prachanda

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Lors d'une commémoration, organisée dans le district de Salyan, des quatres militants maoïstes assassinés dans le sud du Népal la semaine dernière, Prachanda a affirmé que le parti pourrait reprendre les armes si les demandes des maoïstes ne sont pas adressées par le gouvernement et si des obstacles sont posés au processus de paix.

Il a accusé la coalition gouvernementale d'essayer de faire dérailler le processus de paix et a menacé de reprendre les armes. "Nous n'avons d'autre alternative que de reprendre les armes".

Il a continué en affirmant que son parti avait jusqu'à présent exercer le maximum de retenue en signe d'engagement pour la paix.

Baburam Bhattarai a également affirmé que le parti maoïste riposterait s'il y a des tentatives de bloquer le processus de paix. Il a également affirmé que les cadres maoïstes tués ont été assassinés avec préméditation.

De l'autre côté, Sushil Koirala, haut dirigeant du Congrès Népalais et anti-maoïste reconnu, a affirmé que la coalition des 22 partis s'était constituée en opposition à la stratégie des maoïstes de capturer le pouvoir d'Etat par le biais de sa participation au gouvernement et en mettant de côté ses opposants politiques et en sapant le moral de l'armée. Il a ensuite réitéré son discours contre l'intégration massive des combattants maoïstes dans l'Armée Népalaise.

C'est sur ce type de discours sur lesquels s'appuie Pranchanda (dans un meeting dans le district de Khotang) pour démontrer l'ingérence indienne dans les affaires intérieures népalaises : "Ca ne peut pas être une simple coïncidence que les dirigeants népalais représentant le gouvernement et le Chef de l'Armée Indienne partagent des points de vue similaires sur l'intégration [de l'armée]." "L'Inde intervient dans les problèmes internes exclusifs au Népal et crée des obstacles à la restauration de la Suprématie Civile...Ainsi le besoin du mouvement pour rendre le pays libre des interférences étrangères." "Le gouvernement-contrôlé-à-distance du Népal sert les intérêts indiens."

Prachanda et Krishna Bahadur Mahara, responsable du département International du Parti maoïste, ont d'ailleurs rencontré le ministre des Affaires Etrangères indien, SM Krishna, samedi dernier. Ils ont notamment abordé les sujets des traités inégaux Inde-Népal et les empiètements de territoire.

Après la rencontre, les maoïstes ont intensifié leur rhétorique contre l'Inde. Après Prachanda, Mahara a de son côté affirmé : "L'Inde se comporte avec le Népal comme si nous étions leurs esclaves." "L'interférence indienne dans les affaires népalaises continue encore aujourd'hui." "La déclaration du Chef de l'Armée Indienne Deepak Kappoor était contre le processus de paix du Népal et revient à une interférence directe contre les affaires intérieures népalaises." "La relation entre les deux pays doit être établie sur la base de l'égalité." "Nous voulons des relations amicales avec l'Inde mais cette relation ne doit pas être entre un maître et un esclave." "Etant le plus grand voisin, l'Inde doit être magnanime, tous les problèmes entre les deux pays prendront fin si l'Inde traitait le Népal comme un partenaire égal."

Publié dans Actualités du Népal

Commenter cet article