Les programmes de protestation annoncés

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Les maoïstes ont annoncé leurs programmes de protestation, prévus pour commencer le dimanche 1er novembre.
Voici un aperçu du programme :

1er novembre au soir : Déclaration officiel du mouvement et manifestation à la torche dans tout le pays.
2 novembre : Sit in et blocage de tous les Comités de Développement de Village et des municipalités dans tout le pays et toute la journée.
4-5 novembre : Sit in et blocage de tous les Buraux Administratifs de District pour toute la journée.
9 novembre : Déclaration des Républiques Autonomes.
10 novembre : Blocage de la vallée de Katmandou et de l'aéroport (ni d'atterissages ni de décolages ne seront autorisés).
12-13 novembre : Blocage du gouvernement par des millions de personnes.

Le gouvernement a déjà annoncé qu'il réprimerait le mouvement. Les maoïstes ont annoncés que si le mouvement devait faire face à la répression, ils répondraient à hauteur de la répression.
L'UML et le Congrès Népalais discutent déjà de stratégies pour contrer le mouvement des maoïstes.
Déjà, l'est du Népal est complètement paralysé par une grève appelée par les maoïstes suite au meurtre de deux militants maoïstes.
La YCL a également attaqué plusieurs dirigeants du Congrès Népalais ainsi que des ministres alors qu'ils se rendaient à un meeting.
Prachanda a déclaré que "ceux qui ont désigné le parti maoïste comme terroriste et ont mis à prix les têtes des dirigeants maoïstes conspirent à nouveau pour déclarer l'état d'urgence et remettre à prix les têtes des dirigeants maoïstes." "Ils se préparent à nouveau pour une repression massive et dissoudre l'assemblée constituante selon les diktats de leurs maitres étrangers." "Les dirigeants qui ont été rejetés par le peuple poussent le pays vers une autre guerre civile."
Selon le site TelegraphNepal.com, les rumeurs circulent qu'un coup d'état est prévu pour samedi, amenant à la tête du pays le président actuel (uniquement cérémoniel selon la constitution intérimaire et membre du Congrès Népalais) avec le soutien de l'armée. Ce site déclare même que si le président du Sri Lanka n'était pas en ce moment au Népal, l'état d'urgence aurait déjà été déclaré. Cependant, ce ne sont que des rumeurs et il faut se méfier de cette presse mais cela dénote la tension qui règne en ce moment au Népal.

La suite pour très bientôt...

Publié dans Actualités du Népal

Commenter cet article