Les maoïstes ont abandonné les élections au poste de PM

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Le PCNU-maoïste n'a pas participé aux deux dernières élections pour le poste de premier ministre. Jusqu'à aujourd'hui, il y en a eu 9, et aucune n'a vu un candidat obtenir les 2/3 des voix nécessaires à l'élection.

 

Le PCNU-maoïste a réussi à convaincre l'UML que si Prachanda se retirait de la course, l'UML ne voterait pas pour le Congrès Népalais. Depuis, le candidat du Congrès, Ram Chandra Pausel, essaye quand même d'être élu mais ne recueille à chaque fois que 120 voix environ (sur les 601 députés).

 

Les maoïstes continuent de revendiquer le poste de premier ministre et le droit de diriger le prochain gouvernement, étant le parti ayant recueilli le plus de votes aux dernières élections.

 

Une réunion élargie du Parti (du Centre jusqu'au niveau des districts) doit décider fin octobre de la ligne à poursuivre. L'enjeu du débat  est la continuation de la révolution et par quels moyens. Certains dans le Parti argumentent en faveur de l'institutionalisation de la République Démocratique, repoussant à un futur lointain (et incertain) la révolte populaire nécessaire à la prise de pouvoir. D'autres sont favorables à la préparation immédiate de la révolte, estimant qu'il serait inoportun de prolonger une période qui ne permet pas d'avancée révolutionnaire. D'autres encore ne choisissent pas clairement et attendent la faillite avérée du processus actuel pour préparer une éventuelle révolte.

 

Les différents textes représentant ces trois lignes (présentées ici de manière très sommaire) sont en cours d'étude et de débat.

 

Cette réunion sera très importante pour le futur de la révolution au Népal.

Publié dans Actualités du Népal

Commenter cet article