Les maoïstes annoncent le programme de la 3ème vague de protestation

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Le PCNU-maoïste a annoncé plusieurs choses d'un seul coup. Premièrement, ils arrêtent de bloquer le parlement pour 3 jours afin de permettre au gouvernement de passer le budget. Deuxièmement, ils donnent deux jours au gouvernement pour répondre à leurs demandes avant de lancer la troisème vague de protestation. Troisièmement, ils ont annoncé le programme de la 3ème vague de protestation.

Les maoïstes ont finalement décidé de permettre au gouvernement de passer le budget. Cela permettra au gouvernement de pouvoir dépenser ses fonds. Si les maoïstes ne l'avai pas fait, se sont plus de 2 millions de personnes qui auraient été privées de revenus, directement et indirectement (voir article 'Le pays plus proche d'une Guerre Civile' ). Ainsi, Prachanfa a annoncé que le parti avait décidé d'authoriser le gouvernement à passer le budget en raison de sa responsabilité vis à vis des fonctionnaires et des personnels de sécurité dont les salaires auraient été gelés si le budget n'était pas passé.

Prachanda a également annoncé que la troisième vague du mouvement de protestation comencerait le 22 novembre et durerait un mois. Le PCNU-maoïste laisse une dernière chance au gouvernement pour répondre à ses exigences.

Le mouvement de protestation commencera par des grands meetings du 22 au 30 novembre, des manifestations des organisations du Front Uni du 1 au 10 décembre et des manifestations des Fronts de Libération régionaux et ethniques du 11 au 22 décembre. Des blocages auront également lieu durant tout ce mois. Prachanda a également averti que si les demandes du Parti n'étaient pas adressées avant le 22 décembre, le Parti déclarerait une grêve générale illimitée à partir du 22 décembre.

D'un autre côté, la ministre de la Défense Bidhya Bandhari a annoncé que l'intégration des combattants maoïstes de l'Armée Populaire de Libération n'était pas souhaitable et que la seule solution "raisonnable" était la rédition des combattants et la remise des armes au gouvernement. Pour elle, les Accords de Paix doivent être révisés (ce qui signifierait de facto une rupture du processus de paix). Elle a également affirmé que la promotion du Major Général Toran Jung Bahadur Singh au poste de Lieutenant Général était en cours alors que ce dernier a été reconnu coupable d'exactions durant la Guerre Populaire et le Mouvement Populaire d'avril 2006.

Publié dans Actualités du Népal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Comité de Solidarité Franco-Népalais 25/11/2009 11:50


Si des népalais sont chassés de leurs terres par les maoïstes c'est parce qu'il s'agit de féodaux, de grands propriétaires terriens. Si des paysans pauvres ou sans-terres sont chassés ou
expropriés
de la terre qu'ils travaillent, c'est par ces même féodaux et propriétaires terriens. Lorsque les maoïstes saisissent des terres, ils les collectivisent ou les redistribuent aux paysans
sans-terres
et pauvres. Ce n'est pas pour rien que leur slogan pour la réforme agraire est "La terre à celui qui la travaille".
Pour ce qui est de la rencontre entre Prachanda et Girija, il s'agit d'une rencontre comme il y en a beaucoup entre les dirigeants de plusieurs partis. Il y a des rapports contradictoires sur
l'objet et le contenu exacts des discussions. De plus, ce n'est pas une information de première importance : ce n'est pas cette rencontre qui changera quelque chose à la situation politique. De
même nous ne rapportons pas toutes les visites à New Delhi des dirigeants du Congrès Népalais et de l'UML alors qu'ils vont prendre là les directives indiennes de la politique intérieure
népalaise
à mener.
Oui les maoïstes népalais luttent pour avoir le pouvoir. C'est normal, car "sans le pouvoir tout est illusion". Même du point de vue de la démocratie bourgeoise, ils devraient être à la tête du
gouvernement car ils ont remporté les élections. Si les autres partis les empêchent d'être au gouvernement, c'est parce que les maoïstes ne défendent pas leurs intérêts de grand propriétaires
terriens et de capitalistes compradores. Tant que les maoïstes n'auront pas tout le pouvoir, ils ne pourront pas transformer les conditions socio-économiques du peuple népalais, lutter contre
la
corruption endémique et faire du Népal un pays indépendant (ce que les autres partis ne veulent absolument pas faire, ils l'ont suffisamment démontrer).
Rien de plus ridicule que de rendre les maoïstes responsables de la misère du Népal ! Ce sont les pays impérialistes et expansionnistes et leurs relais locaux qui sont les premiers responsables
de
la misère du pays, ceux qui dirigent le Népal depuis des décennies et qui ont collaboré avec la monarchie.


Habitante au Népal 25/11/2009 00:11


Et pendant ce temps-là les népalais meurent toujours de faim, de froid et de ne pouvoir travailler car chassés de leur terre par les maoistes!!!
Pourquoi ne pas avoir mis l'article des négociations secrètes entre Pushpa Kamal Dahal (Prachanda) et Girijababu pour récupérer un peu de pouvoir? C'est sur que ce n'est pas très révolutionnaire
pur et dur!!