Les maoïstes accusent le gouvernement

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Une bombe a explosé dans un bureau maoïste dans le district de Banke, au Téraï. Trois personnes ont été blessées par le son de l'explosion. Le groupe Janatantrik Tarai Madhesh Mukti Morcha a revendiqué l'attaque. Rappelons, qu'un dirigeant a récemment été assassiné au Téraï (voir Encore un dirigeant local maoïste assassiné ).

Le PCNU-maoïste a réagit en accusant le gouvernement d'être responsable de la détérioration de la sécurité, faisant le lien avec l'augmentation des attaques et des meurtres de militants maoïstes depuis l'arrivée au pouvoir de la coalition actuelle.

Le PCNU-maoïste a qualifié le gouvernement comme une coalition d'ultra-droite et a affirmé que 'certains éléments' sont devenus actifs pour faire échouer la création d'une 'constitution républicaine et fédérale' en lançant des attaques contre les maoïstes.

En effet, les discours se multiplient contre la république sous différentes formes, soit pour un Etat (ou même Royaume) Hindou, pour une constitution "express" ou encore pour revenir à la constitution de 1990.

A ceci, les maoïstes formulent leurs réponses :

Kiran a affirmé que les forces régressives voulaient intégrer le plus rapidement les combattants maoïstes afin de les éliminer et que les réactionnaires voulaient inverser le processus d'écriture de la constitution.

Selon Kiran, le peuple se révoltera spontanément si la constitution n'est pas écrite le 28 mai. Il a ajouté que les maoïstes soutiendront la révolte.

Baburam Bhattari a prévenu que le pays plongerait dans un dangereux tourbillon si la coalition actuelle continue encore deux mois de plus et que la seule réponse est la formation d'un gouvernement dirigé par les maoïstes.

Prachanda a affirmé : "Les réactionnaires demandent un Etat Hindou...c'est la conspiration contre l'indépendance du Népal et l'ordre fédéral-républicain." "Le temps limité pour écrire la constitution, la mort soudaine du président du Congrès Népalais Girija Babu et les remarques de l'ex-roi Gyanendra rendent presque certain le fait que la constitution ne sera pas écrite à temps."

Publié dans Actualités du Népal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article