Les derniers développements en plusieurs points

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Sur l'Armée Populaire de Libération et le départ de l'UNMIN

 

L'UNMIN doit quitter le Népal le 15 janvier. Les discussions sont en cours pour préparer ce départ. Prachanda a récemment affirmé que si l'UNMIN part et qu'il n'y a pas de consensus trouvé pour la remplacer, cela signifierait un retour à une situation de cessez-le-feu.

 

Prachanda et Barsa Man Pun "Ananta" (dirigeant de l'APL) se sont publiquement exprimés contre la volonté du gouvernement de transférer les missions de l'UNMIN à un comité spécial, ce qui pourrait mener à l'arrêt de la supervision de l'Armée Népalaise et la supervision de l'APL par l'AN... 

 

Dans une lettre envoyée à Karin Landgren, chef de l'UNMIN, Prachanda a indiqué : "La logique du gouvernement de remplacer l'UNMIN par le Comité Spécial contrevient à tous les accords passés. Nous exprimons une forte inquiétude à propos de la demande du gouvernement de donner les containers d'armes et de munitions des combattants maoïstes au Comité Spécial. Nous demandons humblement à l'UNMIN de ne pas faire cela avant une accord entre les partis politiques."

 

Ananta a précisé que l'APL ne se séparerait pas des armes acquises par le sang des combattants dans la lutte contre le féodalisme et le capitalisme comprador.

 

Sur l'interventionnisme indien

 

Le départ de l'UNMIN du Népal est analysé par un grand nombre comme une porte ouverte à une intervention indienne (déguisée ou non). Le Népal est d'ailleurs fixé comme une priorité de la politique extérieure indienne. Après avoir exploiter les ressources en eau de l'Himalaya de l'Afghanistan au Bhoutan, l'Inde veut faire du Téraï (sud du Népal) le réservoir en eau et en électricité de l'Inde du Nord.

 

Ainsi, selon les paroles de l'ancien ambassadeur indien au Népal, le Dr Bishnu Hari Nepal, la priorité indienne est de garder le Népal sous pression politique, marchandisation économique, sous domination diplomatique et lui briser stratégiquement la colonne vertébrale...

 

Sur les décisions du Comité Central du PCUN-maoïste

 

La lutte de ligne interne au sein du Parti a mené à l'adoption par le Comité Central du Parti d'un document présenté par Prachanda ayant inclus les propositions de Kiran. Bhattarai se retrouve donc en minorité et a objecté formellement la décision du Parti de préparer la révolte populaire.

 

Prachanda a affirmé : "La lutte pour l'indépendane et la république fédérale continue." Il a également affirmé que cette lutte est une lutte à la vie à la mort et que les maoïstes étaient prêts à se battre même au coeur des villes après avoir combattu dans les collines, montagnes et jungles. Selon lui, la lutte se polarise entre les pro-indépendance et les pro-capitulation. Kiran a également affirmé que le Parti avait pris des décisions importantes à propos de la lutte et qu'il ne s'arrêterait pas car la lutte pour l'indépendance et la république populaire sera menée conjointement.

 

La lutte idéologique va se poursuivre comme suit : a) Le Parti a décidé de porter au public certaines questions idéologiques, qui ont été choisies et déterminées, b) Les différences liées à la dernière ligne tactique sera menée aux cadres du Parti de différents niveaux au travers de "Bichardhara" (publication interne au Parti), c) La situation des différences d'opinion sera mise au clair lors des sessions de formation à venir (du 17 au 31 janvier) ainsi que l'expression de l'engagement à l'unité d'action en accord avec la décision du Parti, d) Aucune permission n'est donnée de se plaindre de la ligne du Parti, du plan d'action et des dirigeants publiquement et négativement, e) Les camarades de la même branche auront la liberté de discuter à propos de l'un ou de l'autre, sauf lors des réunions formelles, et seront libres d'intéragir l'un avec l'autre.

 

Au niveau organisationnel, le Parti se réorganise. Le poste de dirigeant du mouvement de masse a été donné à Bhattarai. Celui ci a indiqué que ce n'était pas satisfaisant car c'était déjà son poste auparavant. Kiran occupe le poste de responsable organisationnel, un des postes les plus importants du Parti. Biplab, proche de Kiran, occupe à présent le poste de responsable de la YCL. Après des critiques du dirigeant actuel de la Fédération des syndicats liée au Parti maoïste celui ci devrait être remplacé.

 

Contrairement à ce que nous avions publié, Prachanda et Gaurav ont démenti l'information selon laquelle Prachanda aurait proposé de punir Bhattarai.

 

Sur l'éducation

 

Les syndicats étudiants et de professeurs liés au Parti maoïste ont annoncé leur programme de lutte contre la privatisation de l'éducation. Pour faire simple et bref, l'éducation est déjà largement privatisée au Népal ce qui a pour effet une polarisation riche/pauvre.

 

L'Organisation Nationale des Professeurs commencera le 15 janvierà mettre sous pression le secteur privé. Le président de l'association, Gun Raj Lohani, a affirmé que les nouvelles institutions privées ne seraient pas autorisées à ouvrir car les capitalistes compradores et les multinationales deviennent les propriétaires de telles institutions au Népal.

 

L'ONP exercera également une pression morale sur les dirigeants du PCUN-maoïste les normes éthiques communistes à propos du collectivisme et du communisme. Après la campagne de conscientisation, les dirigeants devront désinscrire leurs enfants des écoles privées et les inscrire aux écoles publiques ou communautaires.

 

De son côté, Himal Sharma, président du Syndicat Etudiant Indépendant National Révolutionnaire a déclaré que les étudiants révolutionnaires empêcheront les nouvelles écoles privées d'ouvrir. Il va même plus loin en affirmant qu'en 5 ans, le syndicat prévoit de faire passer au régime public toutes les écoles dispensant un enseignement jusqu'au Bac et que le Parti était prêt à reprendre les armes pour cela si nécessaire. De même, tous les cadres fonctionnaires auront l'obligation d'inscrire leurs enfants dans les écoles publiques.

 

Publié dans Actualités du Népal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article