L'affrontement parait inévitable (vidéo + photos)

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

La journée de demain s'annonce chaude au Népal.

 

Le Conseil de Sécurité a décidé de donner la responsabilité de la sécurité des infrastructures importantes à l'Armée Népalaise (aéroports, centrales électriques, relais téléphoniques, etc.). La possibilité d'une intervention de l'armée est très probable.

 

L'Inde a renforcé la sécurité aux frontières. Selon Aaniruddha Prasad, policier indien, "Nous avons renforcé la sécurité en vue des activités maoïstes au Népal." Les Forces de Police Armée ont également renforcé les contrôles pour prévenir l'importation d'armes ou d'explosifs.

 

D'ailleurs, la police multiplie les raids surprise à Katmandou et ont découverts plusieurs caches d'explosifs (500 kg de gélatine) et d'armes de rues (plus de 700 bâtons).

 

Lila Mani Pokharel, dirigeant maoïste, a affirmé que si l'Armée Népalaise était déployée cela signifierait la rupture du processus de paix et que l'Armée Populaire de Libération ne resterait pas silencieuse. "Ne nous sous-estimez pas." "Nous avons l'armée qui a gagné la guerre."

 

De son côté, le Congrès Népalais a réaffirmé son soutien au gouvernement dirigé par l'UML et a appelé le gouvernement à prendre toutes les mesures qu'il faut pour contenir l'agitation maoïste.

 

Le premier ministre a affirmé qu'il ne démissionnerait pas. Une réunion des dirigeants de l'UML a décidé que le gouvernement ne plierait pas et que des actions sévères seraient prises contre les maoïstes si leurs manifestations devenaient violentes.

 

Entre temps, plus d'une centaine de militants de la Youth Force, organisation de jeunesse de l'UML, ont rejoint les maoïstes.

 

Le MJF, parti Madhesi, a apporté son soutien moral aux maoïstes.

 

 

 

 

Publié dans Actualités du Népal

Commenter cet article