Fin de la réunion plénière de Palungtar

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

La réunion de plus de 5000 cadres du Parti Communiste Unifié du Népal - maoïste et 1500 combattants de l'Armée Populaire de Libération a pris fin.

 

Voici les éléments qui nous ont été transmis via la presse bourgeoise (et qu'il ne faut donc pas prendre à la lettre).

 

Prachanda aurait réussi à mettre d'accord le Parti sur le plan d'action à court terme :

La décision de préparer la révolte a été prise mais elle ne serait déclenchée qu'au cas où la constitution ne pourrait être écrite pour le 28 mai 2011.

Entre temps, le Parti mobilisera les masses jusqu'à la mi-février pour renforcer les organisations du Front Uni.

La mobilisation incluera une lutte contre l'intervention de l'Inde dans les affaires internes du Népal et pour l'indépendance nationale.

Le Parti continuera ses efforts pour garantir la paix et écrire la constitution à temps.

Le Comité Central du Parti doit prendre en main les questions qui n'ont pas été réglées par la plénière et doit mettre en oeuvre les moyens pour mettre en pratiques les décisions prises par la plénière.

 

Cependant, malgré les déclarations d'Unité, la plénière n'a pas résolu les différences idéologiques entre Prachanda, Kiran et Bhattarai.

 

Prachanda a essayé de passer un document de synthèse mais celui-ci a été rejeté. Ce document a été désigné comme étant de l'éclectisme et ne pouvant mener le Parti nulle part. Les discussions idéologiques vont donc continuer au Comité Central pour parvenir à un nouveau document unitaire.

 

Pendant les discussions sur le document synthétique de Prachanda, Kiran l'a encore une fois accusé d'utiliser à mauvais escient la force, le pouvoir et l'argent pour garder son emprise sur le Parti. De même, il a accusé Prachanda de se servir de l'Armée Populaire de Libération comme menace aux opinions divergents et ainsi garder une influence majoritaire au sein de l'APL.

 

Kiran a également reproché à Prachanda de dire une chose et de faire l'inverse. Il a ainsi pris come exemple la réunion de Kharipati qui avait pris la décision de lancer la révolte pour instaurer la République Populaire Fédérative du Népal. Kiran ne croit pas que le processus de paix mènera à la constitution d'une République Populaire Fédérative du Népal.

 

Reconnaissant des similarités entre sa ligne et la ligne défendue par Prachanda, il a tout de même affirmé ne pouvoir soutenir le document de Prachanda qu'après des modifications.Un dirigeant proche de Kiran a même affirmé "Nous n'avons pas pu tomber d'accord avec le document du Président [Prachanda]. Nous avons trop de différents."

 

Selon Kiran, le Parti dévie actuellement de l'idéologie communiste et que si cela continue, ça le plongera dans le marais du crétinisme parlementaire. Selon lui, cette déviation date de la réunion de Chunwang, en 2004, lorsque le Parti avait décidé de s'allier aux partis parlementaires pour faire tomber la monarchie. A l'époque, Kiran et Gaurav étaient en prison en Inde. Il a affirmé que c'était une erreur d'arrêter la Guerre Populaire.

 

De son côté, Bhattarai a affirmé que le document présenté par Prachanda n'était pas bon car il mékangeait les torchons et les chemises. Il s'estégalement plaint d'avoir été traité de révisionniste et a affirmé que le Parti faisait un mauvais choix en définissant en même temps l'Inde et les réactionnaires locaux comme ennemis principaux.

 

Il est pour défendre les acquis issus de la réunion de Chunwang, pour que le Parti pousse pour une constitution populaire, pour le développement économique et ne lancer la révolte que lorsque la situation internationale sera favorable au communisme.

 

Lors des interventions des combattants de l'Armée Populaire de Libération, il est ressorti une demande de clarification sur les objectifs du Parti vis à vis de son armée. De même, si l'objectif de l'intégration n'est utilisé que pour diriger le gouvernement, l'APL s'y opposera. Ceux proches de Kiran et Prachanda ont accusé Bhattarai de dévier de l'idéologie communiste, ceux proches de Kiran et Bhattarai ont accusé Prachanda de faire mauvais usage de son pouvoir et de diriger le Parti de manière opaque et ceux proches de Bhattarai et Prachanda ont accusé Kiran d'être ultra-gauchiste.

 

Publié dans Actualités du Népal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article