Débats à Palungtar

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Une partie des délégués des 30 groupes de discussions qui ont débattu les documents de Kiran, Prachanda et Bhattarai s'est exprimée aujourd'hui.

 

Ce qui suit est rapporté par les médias et est donc soumis à caution.

 

En écho aux complaintes de Kiran et Bhattarai, de nombreux cadres se sont plaints du manque de transparence de la gestion financière et de l'abandon par certains dirigeants du style de vie prolétarien. Ils ont donc demandé à ce que les dirigeants n'oublient pas le caractère prolétarien du Parti.

 

Ils ont été nombreux à demander une clarification sur le scandale de la bande audio que l'ambassade indienne avait publiée à la fin de l'été dernier, où Krishna Bahadur Mahara (chef des relations internationales) demandait de l'argent à un businessman chinois pour acheter des voix de parlementaires pour qu'ils votent pour Prachanda lors de l'élection du Premier ministre.

 

"Oui, les cadres ont critiqué les dirigeants pour leur train de vie luxueux. Mais c'est positif. Ils doivent prévenir les dirigeants contre les déviations du style de ve prolétarien," a affirmé le porte parole du Parti, Dina Nath Sharma.

 

Les sympathisants de Prachanda et de Kiran sont apparus unis sur de nombreux points, notamment dans la dénonciation de Bhattarai comme révisionniste et dirigeant bourgeois. Ils ont également accusé Bhattarai d'être défaitiste et d'avoir peur de l'Inde.

 

En revanche, les sympathisants de Prachanda et de Bhattarai sont apparus unis pour dire que la ligne de Kiran n'était pas en accord avec la réalité. "Une ligne radicale ne peut pas accomplir la révolution à elle seule," aurait affirmé un cadre.

Publié dans Actualités du Népal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article