Bhattarai élu premier ministre ; l'Armée Populaire en cours de liquidation

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Deux nouvelles importantes nous sont parvenues du Népal. Elles sont malheureusement le signe d'un grand danger pour la révolution plutôt qu'un signe de reprise de la lutte révolutionnaire.

 

Premièrement, Baburam Bhattarai a été élu premier ministre. Il est le représentant de la ligne réformiste au Népal. Il est pour l'établissement d'une république démocratique parlementaire bourgeoise qu'il conçoit comme une étape nécessaire vers l'établisssement d'une république populaire. Il semble prêt à tous les compromis pour stopper pour de bon le processus révolutionnaire.

 

Deuxièmement, les clés des containers contenant les armes de l'Armée Populaire de Libération viennent d'être remises au Comité Spécial pour l'Intégration, signifiant de facto la reddition de l'APL. Toutes les clés ont été rendues sauf dans un cantonnement, à Kailali, où le vice-commandant a affirmé n'avoir reçu aucune directive formelle du parti.

 

"Comment peut-on rendre les clés en l'absence d'une directive formelle ?"

 

De même, Kul Prasad KC, un membre du secrétariat du Comité Spécial, a affirmé que les clés avaient été remises en vertu d'un "grand dessein" et sans discussion dans le parti.

 

"C'est comme une reddition."

 

La faction de Mohan Baidhya "Kiran", qui défend une reprise du processus révolutionnaire, s'est fortement opposé à la "suicidaire" remise des clés.

 

"C'est une décision pour dissoudre l'APL en la désarmant."

 

"Nous condamnons fermement - et nous opposons à - la décision et appelons toutes les autorités concernées à immédiatement annuler la décision suicidaire," a affirmé Kiran dans un communiqué.

 

Dans le communiqué, ils qualifient la "soudaine et surprenante décision" d'une tentative de dissolution de l'APL.

 

"La décision de remettre les clés au Comité Spécial est contre les Accords de Paix, la politique du parti et ses accords. C'est également une capitulation devant les forces réactionnaires," a affirmé Khadga Bahadur Bishwokarma, proche de Kiran.

Pour protester la décision, un blocage de la circulation a été organisé ce vendredi matin pendant une heure et des manifestations à la torche sont prévues ce soir dans tout le pays.

 

Kiran et ses partisans ont également boycotté la réunion du Comité Permanent réunie ce matin en urgence suite aux protestations. Ram Bahadur Thapa 'Badal' et Narayan Kaji Shrestha ne sont également pas venus.


 Bhattarai argumente ainsi la décision : "Ils [les autres partis] nous ont accusé de ne pas être sincères quant au processus de paix. Remettre les clés au Comité Spécial est notre sacrifice. Maintenant, ils seront tenus pour responsable si il y a un problème pour le processus de paix."

 

Etait-ce un "problème" auquel a dû faire face Allende au Chili ?

Publié dans Actualités du Népal

Commenter cet article