La suite du mouvement populaire

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Dans la phase de boycott des cérémonies publiques des membres du gouvernement (faisant partie du mouvement populaire que les maoïstes préparent), les militants maoïstes ont caillassé plusieurs fois des ministres. Ainsi c'est Madav Kumar Nepal (premier ministre) qui en a fait les frais à Katamandou. Lors du déplacement du ministre des Finances Surendra Pandey à Kavre, il y a eu des affrontements entre la police et les manifestants. Quelques jours auparavant, Pandey avait du annuler un de ses déplacements lorsque les manifestants avaient attaqué sa voiture.

Les maoïstes ont maintenant fini la tournée de grands meetings à travers le pays. Ils ont annoncé clairement que la prochaine révolte populaire avait pour objectif de faire tomber le gouvernement. Une réunion du comité central du PCN-maoïste Unifié a conclu que cette première phase de l'agitation était positive. Le parti a lancé un ultimatum aux autres partis : adressez nos demandes avant la fin du festival de Dashain ou nous lancerons la deuxième phase du mouvement populaire. Il semblerait que les autres partis ne soient pas résolus à répondre aux attentes des maoïstes. Déjà, les dirigeants maoïstes ont appelé les cadres à préparer une atmosphère de révolte durant le festival de Dashain. Prachanda : "Nous en avons assez du gouvernement dirigé par Madhav Kumar Nepal. S'il ne quitte pas le pouvoir après la fin des festivals de Dashain-Tihar, nous serons forcés de déclaré un autre soulèvement acharné, qui sera une autre Révolte Populaire." "Tant que nous n'assurerons et n'atteindrons pas la victoire, notre révolte continuera à l'infini." "Cette fois, les réactionnaires seront effacés de la scène politique du pays par les maoïstes."

Autre information : Le dirigeant du Syndicat National des Paysans affilié aux maoïstes a déclaré qu'ils ne rendraient pas les quelques 50.000 hectares de terres saisies durant la Guerre Populaire tant qu'un accord ne sera pas trouvé avec le gouvernement pour répondre aux besoins de ceux et celles qui dépendent de la culture de ces terres. Malgré les déclarations des maoïstes annoçant qu'ils rendraient les terres capturées, ceci n'a toujours pas été fait. Celles-ci sont donc toujours au service des paysans pauvres et sans terres.

Publié dans Actualités du Népal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
<br /> La situation politique au Népal, analyse publiée dans Approches Marxistes (septembre 2009) en lien ci dessous<br /> <br /> <br />
Répondre