Déclarations des dirigeants maoïstes

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Baburam Bhattarai a affirmé que le PCN-maoïste Unifié était prêt à montrer une flexibilité maximale pour trouver une voie de sortie à l'impasse actuelle mais que si l'Armée Populaire de Libération n'était pas intégrée et réhabilitée correctement, il pourrait y avoir une escalade de violence dans le pays.

Prachanda a affirmé que seul le Mouvement Populaire III pourrait restauré la suprématie civile dans le pays et a appelé tous les supporters et les activistes maoïstes de participer vigoureusement à ce mouvement.

Jayapuri Gharti
-présidente de l'Association Révolutionnaire Nationale des Femmes- a affirmé que son parti continuerait le mouvement pacifique pour faire tomber le gouvernement de coalition actuel. Elle a dit que son parti, si nécessaire, était prêt à prendre les armes pour faire tomber le gouvernement de l'UML.

CP Gajurel 'Gaurav'
a affirmé qu'il y avait des tentatives de dissoudre l'Assemblée Constituante et que si cela arrivait, les maoïstes captureraient le pouvoir d'Etat.

Amik Serchan
a accusé l'Inde d'empiéter sur les territoires népalais et de torturer les citoyens népalais qui résident près de la frontière. Il s'est positionné en faveur d'armer chaque citoyen népalais pour protéger l'indépendance et l'intégrité territoriale du Népal.

Ganesh Man Pun -chef de la Young Communist League-  a affirmé que "Nous n'aurons d'autre option que d'écrire la constitution avec notre sang, dans les rues." Il a affirmé que le programme de protestation du parti maoïste était pour libérer les minorités nationales (Janajatis), les femmes, les minorités et les Dalits.

Ram Bahadur Thapa 'Badal'
a affirmé que le temps était venu pour le peuple népalais de faire couler son sang pour préserver la nation népalaise et l'Indépendance. "Ce gouvernement fantôche a été formé par les réactionnaires locaux selon les diktats de leurs dieux américains et indiens..." "Les maoïstes, en retour, débarasseront le monde de ces réactionnaires."

D'un autre côté, Poudel, du congrès Népalais a clamé qu'il fallait mettre les dirigeants maoïstes en prison. Madhav Kumar Nepal a affirmé que les combattants de l'APL devaient rejeter le maoïsme s'ils voulaient être intégrés dans l'Armée Népalaise. Une délégation de parlementaires français a rencontré Sher Bahadur Deuba (Congrès Népalais) et lui a présenté leurs inquiétudes en raison des dissenssions entre partis. La délégation a également remis une copie traduite en népalais de la constitution française au président de l'Assemblée Constituante Shubas Newang (Congrès Népalais).

Publié dans Actualités du Népal

Commenter cet article