50 combattants de l'APL rejoignent le parti de Matrika Yadav

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Quelques 50 combattants de l'Armée Populaire de Libération maoïste ont rejoint le PCN-maoïste de Matrika Yadav ce jeudi.

Matrika, qui a quitté auparavant le PCN Unifié - maoïste et affirmé reconstituer le PCN-maoïste, a accueilli les combattants de l'APL maoïste lors d'une conférence de presse au QG du parti à Nakhhubot, Lalitpur.

Il a affirmé que les membres de l'APL ont rejoint son parti en se révoltant des cantonnements.

Les membres de l'APL ont dit que la direction du parti avait trahi l'esprit de la révolution populaire et qu'ils avaient donc rejoint le parti maoïste dirigé par Matrika Yadav afin de lancer une nouvelle révolution.

Tous les membres de l'APL qui ont rejoint le PCN-maoïste dont des combattants vérifié par la Mission des Nations Unies Au Népal.

Les combattants qui sont venus sous le leadership du commandant de bataillon Sisir étaient vêtus de leurs uniformes de combat.

Quelques 19.000 combattants maoïstes vérifiés par la MNUAN vivent dans sept cantonnements et 21 camps satellites à travers le pays.

http://www.kantipuronline.com/kolnews.php?&nid=204567

Publié dans Actualités du Népal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Je suis évidemment d'accord sur le soutien politique, qui va de pair avec la vigilence révolutionnaire sur la question de l'armée, comme tu l'as montré.
Répondre
C
Les quelques 4000 combattants dont il est question sont les combattants de l'Armée Populaire de Libération qui ont été « disqualifiés » par l’ONU soit parce qu’ils étaient mineurs à la date de la signature des accords de paix, soit parce qu’ils ont rejoint l’APL après cette date. Jusqu’à présent ils restaient au sein des cantonnements avec leurs camarades.<br /> Cet évènement arrive au moment où il y a un grand débat au sein du PCNU-maoïste à propos de la fusion des deux armées. L’aile gauche est ne veut pas qu’il y ait d’intégration avant l’écriture de la nouvelle constitution alors que l’aile droite est pour que le processus d’écriture de la nouvelle constitution et le processus d’intégration aillent de pair.<br /> Ce débat prend lui-même place au sein d’une lutte entre les deux lignes aigue au sein du comité central du parti. D’un côté les révolutionnaires argumentent pour sortir du consensus et de l’unité avec les forces politiques représentant les classes réactionnaires et ainsi tracer la ligne de démarcation (développer une polarisation de classe) pour préparer la révolte populaire et aller vers la formation d’une République Populaire, c'est-à-dire atteindre l’étape de Démocratie Nouvelle dans la révolution. De l’autre côté, les réformistes et les opportunistes argumentent pour rester dans la logique consensuelle du processus de paix, pour la transition pacifique à l’étape de Démocratie Nouvelle en formant un gouvernement d’unité nationale. Leur seule concession est d’affirmer que de toute façon si la transition pacifique ne fonctionne pas, le parti sera obligé de se diriger vers la solution de la révolte populaire (selon moi, c’est le discours de la liquidation totale des acquis, qui n’avait été que partielle jusqu’à présent et qui pouvaient très bien être regagnés voir développés).<br /> Il est donc important de s’intéresser aux mécanismes internes de la révolution népalaise pour arriver à saisir quelle peut être la ligne juste. Personnellement, je soutiens l’aile révolutionnaire (Kiran, Gaurav, Badal, Basanta,…) dans leur lutte contre les réformistes et opportunistes (Prachanda, Baburam Bhattarai, Narayan Kaji Shresta –fraîchement arrivé dans le parti par la fusion avec le PCN-Mashal-,….). C’est clairement d’un soutien politique dont à besoin la révolution népalaise. Ceux qui rejettent tout de la révolution népalaise n’ont pas compris la dynamique interne (mise en mouvement par la lutte entre les deux lignes), autant que ceux qui soutiennent toute avancée sans critique et sans recul. 1 se sépare en 2 et c’est ce que semble avoir oublié une partie du leadership du PCNU-maoïste (le mythe de la coexistence pacifique de la bourgeoisie et du prolétariat au sein de l’Etat en est une illustration – voir article dans The Red Star –j’ai oublié quel n°).<br /> <br /> Cédric
Répondre
S
J'ai trouvé sur le site de l'ONU l'article suivant:<br /> <br /> http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=19642&Cr=n%C3%A9pal&Cr1=MINUNEP<br /> <br /> D'après cet article, les communistes auraient signé le 17 (aujourd'hui même) un accord avec le gouvernement et les Nations Unies, de désarmement et de "réinsersion" des combattants de l'Armée Populaire. <br /> <br /> Avez-vous plus d'éléments sur cette information surprenante en pleine crise politique?
Répondre