Les maoïstes vont lancer le 3ème mouvement populaire

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

A Maoist supporter in front of Local Development Ministry Sunday.

Prachanda a annoncé que son parti lancerait un 3ème mouvement populaire en constituant un front avec les nationalistes, les forces nationales et la société civile. Prachanda a annoncé que cette révolution mettrait fin "aux opportunistes, aux anti-nationalistes et aux forces réactionnaires." Prachanda a ajouté que la révolution était nécessaire pour soutenir la suprématie civile en opposition avec la domination militaire grandissante dans le pays. Il a encore ajouté qu' "il est inutile d'attendre [quelque chose] d'un gouvernement qui a été formé par les maîtres étrangers." La question nationale revêt une certaine importance dans le processus révolutionnaire au Népal car le pays est pratiquement totalement inféodé à l'Inde et la classe compradore, qui permet l'exploitation des ressources du Népal par les puissances impérialistes étrangères tout en en tirant des bénéfices, est toujours à la tête de l'Etat.

 

La réunion du politburo du PCNU-maoïste de vendredi a décidé de lancer une nouvelle vague de protestation pour restaurer la suprématie civile dans le pays.

 

Ainsi, dimanche 21 juin, dans tout le pays, les maoïstes empêchent les fonctionnaires et les usagers d'entrer dans les bureaux gouvernementaux. La circulation a également été bloquée a Katmandou et dans d'autres villes du pays.


A Katmandou, c'est Singha Durbar, le siège du parlement, qui a directement été visé, en plus des Bureaux Administratifs de District et autres bureaux gouvernementaux. Personne n'a pu bénéficier des services publics dans le pays.

 

De nombreux personnels de sécurité ont été déployés autour des bureaux. Même si le ministère de l'Intérieur a donné de strictes instructions aux agences de sécurité pour assurer le fonctionnement normal des activités routinières de l'administration, ces dernières ont été perturbées dans tout le pays.

Le nouveau ministre de l'Intérieur, Bhim Rawal, avit pourtant ordonné aux chefs des agences de sécurité d'imposer des mesures draconiennes pour faire échouer les plans des maoïstes. Il leur a été ordonné de permettre les sit-ins pacifiques mais de disperser la foule si elle obstruait la route et d'utiliser le maximum de force et d'arrêter les manifestants si nécessaire.

Il y a déjà eu plusieurs affrontements dans différents endroits du pays et plusieurs dizaines de blessés. Plusieurs Bureaux Administratifs de District ont été attaqués, ainsi que d'autres bâtiments administratifs et des bancaires. Voici une liste non-exhaustive : A Dhading, un Officier du Développement Local et un Inspecteur de police ont été blessés suite à l'attaque du Comité de Développement du District. A Ilam, une demi douzaine de bureaux gouvernementaux ont été attaqués. Après que deux manifestants aient été arrêtés, les maoïstes ont fermé le marché d'Ilam. A Baitadi, deux policiers ont été blessés près de la Rastriya Banjiya Bank et cinq manifestants près du Bureau Administratif de District. A Mahottari, des affrontements ont eu lieu après que les personnels de sécurité aient essayé de lever le blocage des bureaux gouvernementaux. A Ramechhap, deux manifestants ont été blessés lorsqu'ils essayaient de bloquer les bureaux gouvernementaux. A Taplegunj, les manifestants ont attaqué les bureaux d'éducation, de la poste, des soins animaliers et des télécommunications car ils défiaient le blocage. Ils ont également enfermé l'Officier en Chef de District et d'autres fonctionnaires dans le Bureau Administratif de District. De même, ils ont enfermé quelques 30 personnes dans la Rastriya Banijya Bank pendant 2 heures. Ils ont également attaqué le Bureau Régional de l'Est de la Santé. A Kavre, quatre maoïstes a été blessé par la police. A Gothalapani, les maoïstes ont lancé des pierres sur la police lorsque ceux-ci ont voulu lever le blocage de la Rastriya Banijiya Bank. Deux policiers ont été légèrement blessés.


 


Sources : NepalNews, eKantipur

Publié dans Actualités du Népal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article