Sur la formation du nouveau gouvernement

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Depuis les élections de l'Assemblée Constituante le 10 avril le nouveau gouvernement n'a toujours pas été formé. Le Congrès Népalais s'est accroché tant qu'il pouvait au pouvoir. Ayant conclu un accord avec l'UML pour aller de l'avant, les maoïstes soutiendront une personnalité de l'UML pour le poste de président cérémoniel et l'UML soutiendra une personnalité maoïste pour le poste de premier ministre exécutif. Suite à cet accord, le Congrès Népalais a décidé de ne pas participer au prochain gouvernement et de rester dans l'opposition.
Finalement, GP Koirala, ex-premier ministre a donné sa démission afin de permettre aux maoïstes de former le nouveau gouvernement. Entretemps, les ministres maoïstes sont sortis du gouvernement.
L'obstacle majeur à la formation su nouveau gouvernement est maintenant posé par les partis basés au Téraï. Ils ont bloqué la tenue de l'Assemblée Constituante six fois d'affilé, demandant à ce que soit inscrit dans la constitution la formation d'"un Madhes, un Etat" à visée séparatiste et l'intégration à l'armée d'une certaine proportion de Madhesis.
La communauté Taru a déclarée que si la première demande était acceptée ils lanceraient une lutte armée. En effet, le Madhes est loin d'être uniforme au niveau ethnique et les Tarus accusent les partis Madhesis de vouloir phagocyter l'ethnie Taru au sein d'un Madhes uniforme.
L'issue à ce problème n'est toujours pas trouvée. Les maoïstes ont toujours affirmer la nécessité d'établir une fédération de régions autonomes. Dans leur découpage, le Madhes (Téraï) est formé de deux parties.
Le nouveau gouvernement pourrait cependant être formé d'ici une dizaine de jours avec les maoïstes à sa tête.

Publié dans Actualités du Népal

Commenter cet article