Le triomphe du marteau et de la faucille

Publié le par Comite de Solidarité Franco-Népalais

Aux puissances impérialistes occidentales qui continuent leur propagande de ‘mort’ du communisme, qualifiant l’idéologie marxiste de ‘dépassée’, le peuple Népalais leur répond clairement le contraire. Le Parti Communiste Népalais – maoïste est en train de remporter une victoire écrasante, sécurisant une majorité absolue aux élections de l’Assemblée Constituante loin devant les vieilles formations que sont le Congres Népalais et le Parti Communiste Népalais – Marxiste Léniniste Unifié. Ces deux formations escomptaient chacune une victoire franche, pensant reléguer le PCN–m loin derrière. Mais ces partis n’ont pas une présence parmi les masses aussi effective que le PCN–m. Ils ont tous deux déjà mené un ou plusieurs gouvernements, ont eux même participé à la répression du mouvement maoïste et sont perçus par la majorité de la population comme corrompus. Ils avaient par deux fois refusé la proposition du PCN–m de tenir des élections pour une Assemblée Constituante (en 2001 et 2003).

 

Après que le roi Gyanendra ait dissout le parlement en 2005, ils furent politiquement contraints de s’allier aux maoïstes en Novembre 2005. Depuis, ils ont toujours suivit l’agenda principal des maoïstes,  à savoir la tenue d’élections d’une Assemblée Constituante et l’abolition de la monarchie en déclarant le Népal une République Fédérale Démocratique laïque garantissant le droit à l’autodétermination des nationalités opprimées. Le peuple Népalais a alors bien compris que le PCN–m était la force politique motrice du pays.

 

Sans aucun doute, cette victoire est le fruit d’un long processus révolutionnaire qui ne doit pas s’arrêter. Les dix années de Guerre Populaire ont été essentielles dans la construction du mouvement révolutionnaire. Au début une poignée de militants, le PCN–m a su construire un mouvement d’ampleur, contrôlant 80% du territoire en 2001. En 2006, a l’entrée du processus de paix, l’Armée Populaire de Libération (APL) comptait pas moins de 30.000 combattantEs (dont 40% de femmes). De 1996 a 2006, au travers des diverses organisations de masse, du Parti et de l’APL, le mouvement maoïste a su démontrer au peuple Népalais qu’il se placait du cote des pauvres et des oppriméEs. Apres le Mouvement Populaire d’avril en 2006, le processus de paix leur a alors permis de rentrer dans les villes de manière pacifique.

 

L’enthousiasme de la population est impressionnant. La conscience politique des masses est très élevée, surtout parmi les jeunes, la population rurale et les travailleurs. Partout l’on parle des maoïstes, de la nécessite du communisme pour développer le pays et du rejet de l’ancien système féodal. Ainsi, malgré la propagande acharnée des médias privés bourgeois contre les maoïstes, la population a bien compris de qui le PCN–m représente les intérêts. Un slogan populaire très répandu dans les manifestations massives prenant place dans tout le pays est d’ailleurs « De qui est cette victoire ? Celle du peuple ! ».

 

Le PCN-m se trouve a présent en position de force. Cette victoire politique n’est pourtant pas suffisante. Il leur faut maintenant réaliser le mandat populaire sur la base duquel les représentantEs du PCN-m ont éluEs. ChacunE se déclare prêtE. Sortant tout droit d’un système semi-feodal et semi-colonial, la tache est maintenant de développer l’agriculture par le biais d’une révolution agraire afin de fixer la base économique du développement de l’industrie, puis d’assurer l’indépendance économique du Népal. Dans un processus de développement intégré, le PCN-m a principalement pour visée d’éliminer l’illettrisme à court terme, de développer un poste médical dans chaque village, d’éliminer la domination patriarcale et d’abolir les castes, encore très présentes au Népal. La révolution a encore un long chemin devant elle et il est certain que nombre de puissances impérialistes et que la bourgeoisie compradore ne va pas leur laisser les mains libres. Ceci n’est que le premier pas d’une longue marche vers le communisme.

Commenter cet article